Accueil » Guide pratique

Info pratiques

Cette page propose quelques ressources utiles, relativement aux questions d’intégrité scientifique

Page encore en  construction

Coordonnées de l’ensemble des RIS

La liste de l’ensemble des référents à l’intégrité scientifique est accessible sur le site de l’OFIS : Liste des référents

Modèle de déclaration de lien d’intérêt

A venir

Quelques recommandations aux laboratoires
      • Assurer l’archivage et la traçabilité des données. Rappeler l’obligation des cahiers de laboratoire (juges de paix en cas de doute sur des résultats scientifiques publiés)
      • Intégrer les questions d’intégrité scientifique dans le règlement intérieur (voir une proposition dans un autre onglet)
      • Effort de formation, et pas seulement auprès des plus jeunes, sur les « bonnes pratiques » scientifiques.
      • Essayer de traiter en amont les droits et devoirs de chacun en début de collaboration
      • Faire également préciser les droits de chacun (données, publications sujets,…) lorsqu’une collaboration se termine
Modèle de paragraphe sur l’intégrité scientifique pour insertion dans un règlement intérieur laboratoire

  Il est recommandé que l’intégrité scientifique soit mentionnée dans les règlements intérieurs des laboratoires (dans le texte ou en annexe). Cela donnera l’occasion de discussions en interne, et permettra également d’anticiper le fait que ces questions vont maintenant faire partie du processus d’valuation des unités.

Voici un exemple de texte, parmi d’autres :

Une structure de recherche se doit d’être irréprochable sur la question des pratiques de recherche, qui sont au cœur des questions d’intégrité scientifique. Il y a un double enjeu de la confiance. Dans la communauté scientifique, si une publication ne répond pas aux standards d’une bonne pratique, les autres chercheurs ne peuvent avoir confiance en ces résultats, ce qui freine la science dans sa progression. Au-delà, le grand public aussi doit pouvoir avoir confiance en la qualité des recherches que nous effectuons ; cette confiance est en particulier une condition pour que les scientifiques puissent porter une parole rationnelle et être écoutés dans les grands débats sociétaux à fort contenu scientifique, nombreux aujourd’hui.

Le laboratoire, et tous les personnels, permanents ou non, doivent donc avoir à l’esprit de mener une recherche qui s’appuient sur des bonnes pratiques, et ne pas hésiter, en cas de doute, à ouvrir la discussion. Le laboratoire doit se donner les moyens d’assurer une forme de traçabilité des résultats des recherches pour éviter les querelles de priorités tout autant que les soupçons de mauvaises conduites si jamais ils adviennent. L’encadrement des doctorants doit également inclure une formation sur les bonnes pratiques de la recherche. Il est conseillé de préciser droits et devoirs en début de collaborations, internes ou externes, par exemple relativement aux éventuelles publications, mais également en fin de collaboration, relativement aux poursuites, éventuellement séparées, des recherches à partir d’outils forgés en commun.

 

 

Modèle de déclaration de confidentialité

A venir

Note d’information concernant le traitement des données personnelles

A venir

Les questions d’intégrité scientifique dans les contrats de financement

Il est de plus en plus fréquent que les contrats de financement (par exemple au niveau européen) mentionnent des obligations à satisfaire par les contractants en terme d’intégrité scientifique. Il est difficile d’être précis à ce jour car les demandes évoluent rapidement

Nous pouvons néanmoins deux indications.

– Le CNRS est signataire de plusieurs textes français et internationaux (certains sont présentés dans la page « documents »)

– L’existence même de la MIS, et la publicité donnée aux procédures de traitement des écarts à l’intégrité scientifique devraient pouvoir fournir des premiers éléments de réponse.